Etape du tour Issoire Saint Flour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Article de VELO101

Message  Did le Lun 21 Nov - 20:51

Article de VELO101

Après l'Alpe d'Huez, l'acte II de l'étape du Tour entre Issoire et Saint-Flour s'est déroulé hier dans des conditions dantesques qui rappellent la difficulté du cyclisme.

211 kilomètres, 3800 mètres de dénivellation, 8 difficultés majeures parmi lesquelles le Pas de Peyrol, le Perthus, et le Prat de Bouc. L'acte II proposé cette année était le deuxième plus long parcours jamais proposé aux cyclos après Limoges-Saint-Flour. Est-ce lié à Saint-Flour ou au cantal ? Toujours est-il que le parcours s'est révélé être le plus court de l'histoire pour beaucoup d'entre nous. Disons 70 kilomètres, la distance Issoire-Allanche, premier ravitaillement mis en place qui s'est révélé être le terminus des illusions mais surtout du calvaire pour beaucoup de coureurs.
6500 inscrits pour cette acte II, 4500 au départ donné sous la pluie, déjà certains avaient anticipé et préféré remettre à plus tard leur découverte du Cantal et des ses plateaux exposés au vent mais splendides quand la météo est de la partie. Première partie de parcours couleur carte postale avec notamment la remontée de la vallée de l'Allagnon où ça roule vite au sein de gros paquets sur une route en parfait état. Passage sur un pont bucolique et étroit, histoire d'amincir un peu les paquets puis remontée vers la côte de Massiac ou Thomas Voeckler a lancé son offensive le dimanche précédent. Tout se déroule parfaitement bien, chacun ayant choisi les options manchettes, gants longs, couvre-chaussures et plusieurs couches isolantes si possible.
C'est après la côte de Massiac que les choses se sont gâtées pour les courageux candidats, les 20 kilomètres de faux-plat montants jusqu'à Allanche se sont révélés un enfer avec le vent tantôt de face mais plus souvent de côté, en alternance, qui a obligé chacun à prendre, tenter de prendre, voire garder tout simplement sa place dans les bordures qui s'organisaient sous les bourrasques. Chaque carrefour, chaque croisement où étaient stationnées des voitures était le refuge précaire à un ou des coureurs pour s'abriter, sans doute aussi pour négocier, déjà, une navette pour rentrer sur Saint Flour et abréger le parcours du combattant que personne, si ce n'est la volonté de chacun, ne nous avait obligé à choisir.

Au lieu d'être un moment de plaisir, la descente de Chavanon s'est révélé être le catalyseur de décision pour beaucoup. Trop froid, trop engourdis, pas en mesure de maîtriser le vélo et de changer de plateau ; pour beaucoup, c'en était trop et le souvenir de la chute de Vinokourov dans la descente du Pas de Peyrol a du encore raviver la préférence pour le choix de mettre la flèche à Allanche et profiter de l'hospitalité, de la gentillesses des commerçants du village qui ont été inondés de cyclistes venus se réchauffer dans la boucherie, la boulangerie, le bistrot, entre autres. Le tout sans argent le plus souvent donc des coureurs incapables de faire marcher le commerce local et qui en plus empêchaient les "vrais" clients d'accéder. Tout s'est très bien passé et il faut souligner la cordialité des locaux qui étaient désolés qu'une telle météo, un 17 juillet, vienne montrer un "autre" visage du Cantal. Pour le vrai visage que beaucoup ont manqué, on vous recommande la vidéo de la reconnaissance http://www.velo101.com/videos/voir/180/letape-du-tour-mondovelo-acte-ii-entre-issoire-et-saintflour car c'est splendide et ça mérite le détour.
Pour les courageux, les guerriers, ceux qui ne flanchent pas à Allanche, place à Dienne puis la montée du Pas de Peyrol, où les 3 derniers kilomètres ont été effectués dans le brouillard, à la limite de la neige, et par une température de 3° maximum. Mêmes conditions pour le Perthus, autant dire qu'il fallait sérieusement s'alimenter et être attentif pour espérer toucher de meilleures conditions météo, surtout à partir du sommet de Prat de Bouc. 160 kilomètres dans des conditions météo terribles et les 50 derniers pour commencer à se réchauffer avant d'arriver sur Saint-Flour, pour profiter de la truffade-saucisse bien méritée et de la médaille de finisher qui ne sera pas galvaudée, et qui était plus que méritée.

Moins de 2000 classés au final, des couvertures de survie distribuées par dizaines, des navettes pour récupérer coureurs et montures ; la gestion de ces aléas inhérents aux sports d'extérieur a été à la hauteur. Tous les partants sont à féliciter, n'oublions pas non plus, les bénévoles aux carrefours, et tous ceux qui sont intervenus sous cette météo à "ne pas mettre grand monde dehors." Quant aux un peu moins de 2000 finishers, ce sont carrément des guerriers qui sont allés au bout d'eux-mêmes pour terminer ce chemin de croix qui ne se terminait pas au Château d'Alleuze mais bien allées des Orgues à Saint-Flour où la grande foule a réchauffé les organismes de ceux et celles qui franchissaient la ligne d'arrivée jusque tard hier soir même si les barrières horaires ont été aménagées pour éviter que certains partent en galère.

avatar
Did
Admin

Messages : 372
Date d'inscription : 05/11/2011
Age : 40

Voir le profil de l'utilisateur http://ecceyrat63.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Etape du tour Issoire Saint Flour

Message  Did le Dim 6 Nov - 20:34

Eh oui... il faisait beau pendant la préparation!



avatar
Did
Admin

Messages : 372
Date d'inscription : 05/11/2011
Age : 40

Voir le profil de l'utilisateur http://ecceyrat63.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum